/ / ● T shirt H&M une cochonnerie?

● T shirt H&M une cochonnerie?

1- Le processus de la fleur de coton au tissu

 * Les étapes de la production d'un tissu

Tout commence avec la si jolie fleur de coton qu'on appelle aussi balle de coton. Sa culture est devenue très dépendante des insectisides et pesticides et aucun contrôle n'existe puisque le coton n'est pas une denrée alimentaire.

Cette balle de coton contient en fait une graine entourée de fibre.

Une fois la fibre récupérée, elle est lavée puis filée dans une entreprise de filature.

avant d'être tissés, les fils sont encollés

---> Il y a 2 méthodes pour tisser la fibre, le tissage où les fils sont croisés entre eux et le tricotage (on obtient du jersey, utilisé pour les bodies, t-shirts, sous-vêtements...): 

puis nettoyés pour débarrasser le tissu des produits nécessaires au tissage

Le tissu passe enfin par des procédés dits d'ennoblissement dont le plus connu est la teinture, mais il y a aussi le blanchiment, l'ajout d'apprêt pour rendre le tissu infroissable, résistant à la pluie, au feu, aux microbes, aux UV etc., sans compter les sérigraphies éventuelles.

 

 * le recours effrayant aux substances chimiques

Toutes ces étapes nécessitent de très nombreux produits évidemment plus ou moins chimiques, que ce soit pour faciliter le processus industriel et le travail des machines (lubrifiants pour la filature, agents nettoyants pour mouiller la fibre...) que pour fabriquer le tissu en lui-même (teintures en particulier, traitement anti-rétrissement, tissu infroissable, moelleux, extra doux etc).
 
Schématiquement, chaque étape nécessite de tremper la fibre dans une solution de préparation puis de la laver, ce qui implique le recours à d'innombrables substances chimiques pour rendre possible le filage puis le tissage, suivis eux-mêmes d'un lavage nécessitant des tensio actifs (agents lavants) avant même d'arriver à la teinture.
 
Il faudrait avoir fait des études de chimie pour comprendre vraiment tous ces procédés et pourquoi tant de produits sont nécessaires, mais ce qui est sûr, c'est qu'il entre immanquablement dans tout le processus,et parfois de facon répétitive, des substances cancérigènes (formaldéhyde, colorants azoîques), des perturbateurs endocrininens (les NPE ou ethoxylates de nonyphénol), des agents ultra polluants pour les eaux et l'air et ayant souvent une faible dégradabilité. 
On peut même ajouter des bactéricides aux préparations pour éviter bactéries, moisissures de la préparation acqueuse et aussi tout problème pendant le stockage ou le transport du fil puis du tissu. La quantité d'additif rapporté au poids de la fibre est assez effrayante.
 
Ces ingrédients sont partiellement éliminés ou plutôt relâchés pendant les différentes étapes de production (70% des cours d'eaux en Chine et au Mexique sont contaminés) mais évidemment il en reste beaucoup dans le vêtement lui-même (voir les différents tests menés par Greenpeace).
 
Plus la fibre utilisée est chimique (polyester, viscose) plus la quantité de substances chimiques est importante pour parvenir à un bon résultat, sachant que la fibre chimique vient principalement du pétrole.
 

2- Que faire pour se "vêtir sainement"?

Si on se réfère aux différentes études menées en particulier par Greenpeace, le prix des vêtements n'influe pas forcément sur sa qualité (sur son innocuité pour la peau). Des substances hautement toxiques sont retrouvées sur des vêtements de marques comme sur des vêtements bon marché. Il semble impossible de s'assurer de ce que l'on va acheter...

C'est assez logique puisque les acheteurs et chefs de produit des grandes entreprises ne sont pas formés sur les questions d'innocuité des textiles et cela ne fait pas partie des critères qu'ils doivent surveiller. Ils ne maitrisent pas la chaine de production et achètent du tissu, voire des vêtements déjà confectionnés dont ils connaissent peu de choses. La traçabilité de leurs approvisionnements est un leurre car ils passent par différents sous-traitants avec lesquels sont négociés les prix avant tout.

Les vêtements pour enfants subissent exactement les mêmes traitements, aucune obligation ou interdiction n'existe spécifiquement. 

 

Le mot de la fin

Acheter un vêtement en coton bio, c'est extra pour l'environnement et pour les travailleurs qui cultivent puis qui ramassent le coton (dans les pays où la récolte est encore manuelle). Aux entreprises qui font fabriquer des tissus à base de coton bio ou qui achètent des tissus en coton bio de suivre ensuite la logique de la démarche et d'éviter au maximum le recours aux substances chimiques dans la poursuite du processus de fabrication du tissu puis du vêtement.

Acheter un vêtement porteur d'un label est une garantie supplémentaire car aucune substance chimique ne rentre dans le processus de fabrication jusqu'à la teinture. 

Essayer de se renseigner sur l'éthique des entreprises et ne pas hésiter à s'adresser aux service consommateurs des marques permet au moins de faire pression sur les entreprises.
 

• Conseil de maman avisée

Acheter un vêtement d'occasion permet de façon très écolo d'éviter à son propre enfant de risquer d'avoir sur le peau des substances toxiques puisque le vêtement a logiquement été lavé de nombreuses fois.

Porter des sous-vêtements en coton bio permet de limiter la surface au contact des vêtements dont on se méfie. J'ai moi-même sytématiquement mis à mes 2 dernières filles lorsqu'elles étaient bébé, un body plus legging en coton bio en dessous des pyjamas, des pantalons et des robes dont je n'étais pas sûre.
Fuir les couleurs flashy, les sérigraphies trop plastiques, les vêtements "trop" (colorés, pailletés, synthétiques...).
 

 

 

ET AUSSI

http://www.encyclo-ecolo.com/Coton

Liste des composants toxiques à éliminer d'urgence des textiles (Greepeace): textiles toxiques greenpeace

 Liste des composants nocifs entrant dans le processus de fabrication ici, passionnant et flippant (document de l'ineris)

 

Cet article vous a plu? Merci de ne pas le reproduire, même partiellement, sans mettre en lien la page de référence!

Grands dossiers